Manager, gouverner, décider, relier… Dynamiques et problèmes disciplinaires comparés

La tenue de l’assemblée Générale le 18 janvier 2011 a été l’occasion de lancer le premier séminaire hivernal de la SFM, intitulé " Manager, gouverner, décider, relier… Dynamiques et problèmes disciplinaires comparés".

 

Le séminaire s’est proposé de mettre en commun les regards que le management, comme champ de recherche et d’enseignement, ainsi que les disciplines voisines - économie, science politique, sociologie…- portent aujourd’hui sur leurs évolutions, leurs difficultés et leurs enjeux respectifs. Il s’est alors agi de mettre en perspective la vie de notre champ et sa dynamique d’élaboration de savoirs spécifiques vis à vis des disciplines proches au sein de l’Université (lato sensu) et de la société française.

 

Notre session a débuté par un regard historique sur ce que nous pourrions appeler « la construction de l’autonomie des sciences de gestion ». Cet exposé introductif par Henri Zimnovitch a permis de présenter deux articles de Fabienne Pavis qui pointent les rapports de concurrence-coopération que les sciences de gestion entretiennent avec ces disciplines voisines (économie, sociologie).

 

Articles Fabienne Pavis:

"L’évolution des rapports de force entre disciplines de sciences sociales en France : gestion, économie, sociologie (1960-2000)"

> télécharger

 

"Une discipline « utile » dans l’enseignement supérieur : promotion et appropriations de la gestion (1965-1975)"

> télécharger

 

De courts exposés d’un économiste, Olivier Favereau, et d’un sociologue, Jean-François Chanlat, ont permis de comprendre comment chacune de ces disciplines se perçoit elle-même au regard des enjeux auxquels est aujourd’hui confrontée la gestion (définition des objets d’investigation, politique de la recherche, recrutement professoral, légitimité sociale...) ; ils ont alimenté un débat général, marqué par l’expression franche et le dialogue serein, mettant en lumière une analyse conjointe des spécificités épistémologiques et des inscriptions institutionnelles propres à chaque discipline et procuré ainsi un effet de miroir.